ET SI LE BLOC MOTEUR ETAIT RESTÉ FIXÉ AU FUSELAGE?…

Publié le 24 Juin 2015

ET SI LE BLOC MOTEUR ETAIT RESTÉ FIXÉ AU FUSELAGE?…

Dans l’hypothèse sérieuse d’une tentative d’amerrissage devant Saint Pierre, le 9 mai 1927 vers midi, après 36 à 37 heures de vol, on a bien compris qu’ils n’ont plus assez d’essence, qu’ils ont décidé de se poser devant le seul port dans le secteur: Saint Pierre. Ils ont du essayer de faire l’arrondi vers 70km/h, la fatigue, le brouillard local, peut-être l’avion et très certainement l’équipage, en état "moyen"…ont fait qu’ils ont tapé avec l’hélice. Le moteur tournait, les ailes se sont arrachées du fuselage, mais le bloc moteur ne s’est pas forcément arraché du fuselage, comme nous l’avons toujours pensé.
Le fuselage a du flotter, puis le poids du moteur (450kgs), l'hélice (110kgs et non 30kgs), le bâti, les réservoirs, le tableau de bord et ses instruments, tout cela totalise environ 900 à 1000kgs placé sur l’avant. Donc ils ont du flotter comme le bouchon d’une ligne de pêche, la queue de l’appareil à partir du cockpit a du surnager un moment, les réservoirs vides servant de flotteur !… Et puis tout cela a du se stabiliser entre deux eaux, entrainé par le courant du Labrador vers les côtes de Nouvelle Ecosse, et peut être vers les îles de Cliffs Island et de Jewels Islands où notre pêcheur de homard Mr Mac Vane aurait retrouvé des morceaux d’avion fin des années 50 !… C’est aussi ce que nous allons essayer de voir en juillet, lors de notre prochaine campagne.

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

b2clerck 21/10/2015 23:24

http://www.newenglandaviationhistory.com/the-enduring-mystery-of-the-white-bird/

MP 03/09/2015 21:11

Bonjour,
c'était aussi ma conclusion suite à votre campagne 2014, la dérive de la cellule de l'avion, moteur compris vers un lieu plus éloigné que l'entrée du port.
Reste peut être la possibilité de simuler par calcul la force des courants ou d'équiper un objet dérivant avec balise pour suivre au pratique cette dérive.
Dans les deux cas, cela donne une direction mais décuple les zones de recherches...pas simple !
Bien à vous
MP.

Anonyme 11/07/2015 16:27

Bonjour ,
J'ai lu votre magnifique "Oiseau blanc" , avec beaucoup d'attention et d'admiration - Je ne suis pas un expert , mais , après avoir réfléchi à toutes les éventualités , et fort de très peu d'heures de vol , j'émets l'hypothèse suivante: après leur "arrondi" , peut-être réussi , l'hélice a pu frapper une vague ( la mer devait être très forte ) et se briser net , sans aucune incidence sur le bloc moteur , qui a pu rester fixé dans le fuselage - Les ailes ont probablement été arrachées , et l'ensemble aurait pu flotter , comme un bouchon de pêcheur , lesté par le poids du bloc moteur , soutenu par les réservoirs vides , dériver pendant un certain temps , et , poussé par de forts courants , s'éloigner très sensiblement de la zone du crash ! Bien sûr , on ne peut qu'émettre des hypothèses , mais , après avoir bien analysé toutes vos données , il me semble évident qu'une sorte de "conspiration du silence " ait entouré la "disparition" de l’Oiseau Blanc . La suprématie air et mer était déjà dans certains projets , et si on ajoute l'espace de nos jours ....! ! Quoi qu'il en soit , j'admire beaucoup cette volonté tenace et je souhaites que , finalement , elle aboutisse pour que soient réintégrés dans leur exploit nos héros Nungesser et Coli , les premiers à avoir franchis l'Atlantique dans le sens France , Amérique - Merci encore pour ce livre magnifique -