C’est aussi la Rentrée pour nos recherches de l’Oiseau Blanc :

Publié le 8 Septembre 2017

Je pense que vous avez tous compris les raisons de ces semaines de silence sur notre blog...et oui, il fallait réduire la voilure, éviter tous frais, en profiter pour revoir,  relire, et reclasser tout nos dossiers.

Nous en sommes très exactement à  174 dossiers, classés par ordre alphabétique.

Chaque dossier est référencé, daté, et va de 2 pages à 200 pages, donc une bonne moyenne de 50 pages, soit : 8700 pages d’enquête depuis 2008.

 

Depuis les nouvelles élections, il m’aura fallu relancer chaque Ministére concerné. Il y a eu la mise en place des cabinets et spécialistes, les grandes vacances, mais la moisson est honnête. Plusieurs Ministères ont déjà répondu, donc à nous de réexpliquer et de solliciter les pouvoirs publics que nous sommes en train de remettre à leur juste place de vrais héros, dont un As de l’Aviation...

 

Nous avons également reçu un courrier d’un passionné par nos recherches, un pilote privé, ancien PNC d’Air France proche d’Etretat.

Son courrier est direct : « Vous cherchez l’Oiseau Blanc vers Saint Pierre et Miquelon, alors qu’il est sur les bancs du Grand Ritain, en face de Fécamp... Vous dépensez de l’argent inutilement il n’a pas traversé l’Atlantique ! »

Interloqué, mais pas abattu, je décidais de rencontrer cet autre passionné, ce qui s’est fait autour d’un petit café le 6 septembre. Sachant que mon enquête était pourtant sérieusement faite et que le faisceau de présomptions est ultra solide. C’est également  la conclusion de la FAI (Fédération Aéronautique Internationale) en septembre 2015, qui nous a remis le Trophée Tissandier pour notre travail. Mais par conscience professionnelle, même si cela vous met le moral proche de zéro, il,faut tout écouter. En résumé mon interlocuteur s’étonne que nous n’ayons pas été plus attentif à la disparition d’un avion dans la Manche, en face de Fécamp....ce qui a été révélé par deux pêcheurs en 1980, soit 53 ans après.....

Nous connaissions cet événement qui est relaté dans le rapport officiel de la DGAC de 1985 fait par Clément Pascal Meunier Ingénieur Principal, j’avais aussi essayé d’y voir plus clair et si je me souviens bien un autre appareil s’était abimé dans cette zone à la même époque.......Mon raisonnement était simple : si l’Oiseau Blanc s’était abimé en Manche, devant Fécamp, on aurait retrouvé des morceaux d’ailes flottant pendant des semaines, également une grande tache de pétrole (4000litres), de plus il y a de nombreux pêcheurs dans ce coin poissonneux et sur les rives...

Je rencontrai donc un homme fort sérieux et sympathique, bon technicien avion, ses arguments techniques sur la stabilité de l’oiseau Blanc à pleine charge, le couple de l’hélice, et etc.. étaient intéressants mais me dépassaient un peu.
Bref Monsieur Michel Pallier, ce nouvel enquêteur, a fait un bon travail, et en enquêteur sérieux que j’essaie d’être, j’ai essayé de comprendre ses arguments...et de ne pas bêtement écarter son travail....Nous nous reverrons, toutes les pistes doivent être analysées, bien que reprenant tous les indices je suis certain qu’ils ont traversé.

 

Une bonne nouvelle :

Après avoir été un peu « ébranlé » par les propos de Mr Pallier, j’étais invité par Catherine Maunoury Présidente de l’Aéroclub de France à déjeuner le même jour....sans précisions sur le thème de l’entretien et si nous étions tous les deux ou avec d’autres.

J’ai réellement une grande admiration pour notre Championne de France et du Monde en voltige. Catherine a une grande et forte personnalité et elle savait que je n’étais pas très chaud pour qu’une réplique volante de l’Oiseau Blanc se fasse surtout tentant le même trajet...et comme je suis assez susceptible je lui avais dit sans doute pas très élégamment en juin dernier...je me suis dit :

On fait la Paix sur ce sujet, ce doit être le but du déjeuner.

J’arrive dix minutes avant, je m’aperçois que nous serons cinq à table...Catherine arrive, accompagnée par plusieurs membres du Bureau de l’Aéroclub de France dont notre ancien Président Louis le Portz, Odile Chérel de la DGAC, Patrick Gandil Directeur Général delà DGAC étant retenu par un mauvais rhume, et notre ami Bernard Vaillot réalisateur de documentaires sur l’Aviation.

Nous nous asseyons et Catherine me remet une enveloppe, avec un petit mot qui me va droit au cœur :

« Avec l’espoir de découvrir la vérité, le soutien de l’Aéroclub de France pour t’aider dans tes recherches »...je gardais le soutien du plus Ancien Aéroclub au Monde
UN GRAND MERCI A L’AEROCLUB DE FRANCE ...pour sa confiance et son aide.
Je ne m’attendais vraiment pas à cela., je ne savais comment remercier les membres du bureau présents autour de notre Présidente.

 

Alors on continue...

 

Bernard

 

 

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0
Commenter cet article

Thierry 15/09/2017 13:24

Bonjour,
A quand un autre livre?
Qu' y a t'il dans ces 174 dossiers?
Ou en êtes -vous avec les recherches aux Usa? archives et terrain?
Courage mr Decret!

Patrick 10/09/2017 10:57

Bonjour Bernard, bonjour à tous et toutes.
Quelque peu dépité par la première partie de votre article, quelque soit la vérité de la traversée (enfin bon, cette vérité a quand même, sauf erreur de ma part et si je n'ai pas tout suivi, été validée par la FAI), Charles Nungesser n'en restera pas moins un aviateur exceptionnel et avec une vie exceptionnelle. Mon admiration pour lui ne changera pas même s'il était avéré (ce qui serait bien surprenant) qu'ils n'aient pas traversé...Tout cela pour ça, ce n'est pas possible.
Le soutien de l'Aéroclub doit vous encourager à poursuivre !
Nungesser fut un faire-valoir pour certaines personnes...bien incapables de lui arriver à la cheville...
Continuez vos recherches, Bernard ! Courage !!!
Patrick