Publié le 10 Juillet 2013

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0

Publié le 4 Juillet 2013

Rediffusion du sujet sur l'Oiseau Blanc de 40 minutes, fait par Marie Pierre Farkas et Jean Marie Lequertier grands reporters, et qui était passé le 30 décembre 2012 avec une audience record de 3,5 millions de téléspectateurs!

Unknown


Voir les commentaires

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0

Publié le 1 Juillet 2013

Ci joint l'article paru le 24 juin signé de Pierre SPARACO d'Aeromorning, une Référence dans le milieu mondial de l'Aviation...

 


La chronique AeroMorning.com de Pierre Sparaco - Lettre d'information du 24 Juin 2013

Nungesser et Coli

La réhabilitation historique peut-être à portée de la main.

C’est tout à la fois l’histoire de deux héros de l’aviation française des années vingt et celle d’un chercheur acharné aujourd’hui bien décidé à faire éclater la vérité : à bord de leur biplan Levasseur baptisé L’Oiseau Blanc, Charles Nungesser et François Coli auraient bel et bien traversé l’Atlantique, d’est en ouest, en mai 1927, plusieurs jours avant l’exploit de Charles Lindbergh. Et Bernard Decré, chercheur infatigable, entend le prouver.
Son combat est bien connu et il y a maintenant près de 5 ans qu’il défraye la chronique. Et peut-être est-il sur le point d’atteindre son but, sans intention quelconque de réécrire l’histoire. Tout le monde est heureusement d’accord sur l’essentiel, à savoir que Lindbergh est et restera à tout jamais le vainqueur incontestable de l’Atlantique nord. Nungesser et Coli, en effet, ont échoué dans la mesure où ils ne sont jamais arrivés vivants à destination. Plus personne n’a entendu parler d’eux après leur décollage du Bourget, le 8 mai 1927, à 5 h 51. Ils ont été vus pour la dernière fois à 6 h 04, au-dessus d’Etretat, alors qu’ils volaient, lourdement chargés, à 200 mètres d’altitude. Mais le silence qui a suivi ne signifie évidemment pas pour autant qu’ils soient tombés en mer avant d’atteindre l’Amér ique du Nord.
Tout au contraire, les indices se multiplient, des preuves semblent à portée de la main et Bernard Decré, sans se risquer à crier victoire, se sent tout près du but. Il voudrait, tout simplement, rendre à Nungesser et Coli ce qui leur est dû. Et c’est dans le Maine, et à proximité Saint-Pierre et Miquelon qu’il espère trouver la preuve irréfutable de ce succès. Solitaire en un premier temps, le combat est désormais encouragé de toutes parts et bénéficie notamment du mécénat du groupe Safran et de l’aide de trois ministères, ceux de la Défense, de la Culture et des Outre-Mer.
Lire gratuitement la suite sur http://www.aeromorning.com/chroniques.php?ch_id=1437
Pierre Sparaco - AeroMorning


Voir les commentaires

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0