Publié le 24 Juin 2015

ET SI LE BLOC MOTEUR ETAIT RESTÉ FIXÉ AU FUSELAGE?…

Dans l’hypothèse sérieuse d’une tentative d’amerrissage devant Saint Pierre, le 9 mai 1927 vers midi, après 36 à 37 heures de vol, on a bien compris qu’ils n’ont plus assez d’essence, qu’ils ont décidé de se poser devant le seul port dans le secteur: Saint Pierre. Ils ont du essayer de faire l’arrondi vers 70km/h, la fatigue, le brouillard local, peut-être l’avion et très certainement l’équipage, en état "moyen"…ont fait qu’ils ont tapé avec l’hélice. Le moteur tournait, les ailes se sont arrachées du fuselage, mais le bloc moteur ne s’est pas forcément arraché du fuselage, comme nous l’avons toujours pensé.
Le fuselage a du flotter, puis le poids du moteur (450kgs), l'hélice (110kgs et non 30kgs), le bâti, les réservoirs, le tableau de bord et ses instruments, tout cela totalise environ 900 à 1000kgs placé sur l’avant. Donc ils ont du flotter comme le bouchon d’une ligne de pêche, la queue de l’appareil à partir du cockpit a du surnager un moment, les réservoirs vides servant de flotteur !… Et puis tout cela a du se stabiliser entre deux eaux, entrainé par le courant du Labrador vers les côtes de Nouvelle Ecosse, et peut être vers les îles de Cliffs Island et de Jewels Islands où notre pêcheur de homard Mr Mac Vane aurait retrouvé des morceaux d’avion fin des années 50 !… C’est aussi ce que nous allons essayer de voir en juillet, lors de notre prochaine campagne.

Voir les commentaires

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0

Publié le 1 Juin 2015

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0