Carnet de bord : 30 et 31 mai - un travail de fourmi !

Publié le 1 Juin 2009

Samedi 30 mai :

"Ciel pommelé, femme fardée, sont de courte durée...  vieux proverbe marin !

La journée fut splendide, on se baladait avec un petit chandail à Saint-Pierre, inondé par un soleil radieux !
En fin d'après-midi, le ciel avait ces petits nuages, côte à côte, il devenait "pommelé", ce qui veut dire que le beau temps était passé. Et ce matin, nous nous sommes réveillés sous un crachin bien breton, avec un petit vent forcissant de 15 à 25 noeuds, et une mer trop formée pour permettre la sortie des bateaux trainant le délicat sonar.
Malgré tout, les plongeurs sont allés dans la zone de recherche de L'Oiseau Blanc vérifier les échos qui nous paraissaient suspects : rien, ou plutôt seulement des rochers de la taille du moteur Lorraine Dietrich de 400 kilos...

Pendant qu'ils plongeaient, Pierre Lenormand, les deux journalistes du Figaro magazine, et moi sommes allés refaire un tour à la maison de retraite, pour dire un petit bonjour à nos anciens, et les écouter. On n'écoute pas assez les anciens !
Dans l'entrée, nous croisons un jeune homme de 90 ans : Jean Yon, qui à 7 ans avait  vu passer l'avion de Lindbergh, en rentrant de l'école ! 17 jours après la disparition de Nungesser et Coli ! En pleine forme, il nous parle de Lindbergh, de la prohibition, nous donne son avis sur L'Oiseau Blanc ; on l'aurait écouté des heures, on reviendra !
Pour lui, comme pour beaucoup, il est fort probable que L'Oiseau Blanc s'est abîmé dans le coin, vers le phare de Gallantry...

Plus tard, lors du désormais traditionnel debriefing public de la journée, nous avons eu la visite de Monsieur le Préfet, et l'anniversaire de Christophe Héquet, le jeune Capitaine responsable du groupe de plongeurs, qui a partagé avec tous son gâteau d'anniversaire. 

La grande librairie Sogale, à Saint-Pierre, a fait une vitrine sur Nungesser et Coli : Bravo ! Dans la rue la mayonnaise prend bien et la population de Saint-Pierre est d'une très grande gentillesse avec nous. nous faisons tout pour essayer de leur apporter des réponses.



Dimanche 31 mai :

C'est le dimanche de la Pentecôte, grand messe à la cathédrale, Monseigneur Fisher officie en grande pompe : mitre, crosse et amples bénédictions... Dans le fond  "l'Esprit-Saint" était un oiseau blanc, nous lui confions nos intentions, et nos espoirs !
Nos amis de France 2 : Marie-Pierre Farkas et Jean-Marie Lequertier, qui sont arrivés hier soir dégustent le brouillard - crachin local, permettant d'adoucir toutes les jolies couleurs des salines, et des bateaux.
Embarquement et navigation dans le secteur "Oiseau Blanc". Le vent est faible : 15 kt, du Sud-Est, mais nous héritons d'une houle résiduelle assez importante et bien désagréable. Par contre les prises de vue du Zéphyr, sortant de la brume entre le phare de l'Ile aux Marins et la pointe à Bertrand, sont dignes du "Crabe Tambour" !
Notre vedette monte et descend doucement sur ces longues houles, à trois noeuds, trainant son sonar sur de longs rails d'environ deux nautiques, orientés Est-Ouest. On effectue une série de plongées pour vérifier certains échos.
Prises de vue magiques dans la maison de pêcheur familliale de Jules Girardin, un personnage merveilleux  à la barbe blanche, cachant à peine ses colliers de crucifix et médailles pieuses. Son mini-musée sur les lignes de pêche, et les bouées multicolores mérite à lui seul le voyage. C'est un émerveillement pour un aquarelliste, et notre ami cameraman déguste ces plans uniques !
Au debriefing de 19h, autour d'un verre amical, le point est fait par Christophe Héquet et Stéphane Celton, le grand spécialiste de l'analyse des données du sonar.
Les prévisions météo pour demain 1er juin restent sur du brouillard le matin et vent faible. Il est donc probable que nous allons retourner sur le secteur "Oiseau Blanc".
Nous devrions avoir du beau temps mardi ou mercredi, ce qui nous permettrait d'aller sur la zone  de recherches du Ravenel où nos plongeurs effectueront des plongées sur les échos "suspects" que nous avons identifiés, nous permettant d'avancer dans ce secteur.
Il ne nous reste plus que neuf jours de recherches... Le temps passe trop vite, mais c'est un vrai travail de fourmi ! Seul l'acharnement paiera, nous en sommes bien conscients et nous continuons !

Je maintiens mes pronostics :
50 % de chances pour retrouver les traces du Ravenel, si la météo nous permet d'aller sur la zone.
20 % pour L'Oiseau Blanc, mais rapelons qu'il a fallu beaucoup de chance et 9 ans pour retrouver l'avion de Saint Ex !

Bernard Decré.

Rédigé par Patricia Lamy pour Bernard Decré

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article