Des archives précieuses !

Publié le 5 Octobre 2010

Quatre jours de recherches fructueuses dans les archives de Washington.

Les archives de la plus grande puissance au monde...


On n y rentre pas si facilement, mais j'ai réussi à obtenir ma carte de chercheur officiel. Ensuite il faut expliquer ses recherches : la Prohibition, puis un avion francais qui a disparu le 9 mai 1927 vers 9h du matin entre Saint-Jean de Terre-Neuve et Saint-Pierre... Vous vous apercevez vite que L'Oiseau Blanc ne leur dit rien.

J'explique bien que c'etait à la même periode que Lindbergh. Ils connaissent Lindbergh... Enfin il faut sélectionner les thèmes de recherche : 

Diplomatie, Aviation, Prohibition, le tout en 1927...

Puis vous indiquez que vous voulez consulter les logs books de six coast guards du secteur 5 en 1927, c'est un peu plus précis.

Une ou deux heures, après vous avoir demandé de deposer votre veste et de redonner vos coordonnées, on vous prête un crayon, quelques feuilles de papiers, et on vous apporte un charriot avec des boites interessantes, que vous devez consulter une par une. Si un document vous interesse vous pouvez le photographier sous contrôle. La consultation de chaque boite peut durer de dix minutes à une heure ou deux. En quatre journées, j'ai pu en analyser une quarantaine. C'est passionnant et épuisant.

Et tout à coup, mon cœur a pris un choc : j'avais ferré un gros poisson :

Je suis tombé un peu par hasard sur cette copie du télégramme d'un coast guard signalant, le 17 août 1927 à 7h30 du matin, être à côté d'une paire d'ailes toutes blanches. Le texte disant : "pouvant provenir des aviateurs francais." J'ai les coordonnees géographiques.

Au moins six ou sept coast guards ont essayé de rechercher nos aviateurs pendant plusieurs jours après le 9 mai.

Les archives du FBI n'ont pas encore devoilé quoique ce soit. Mais les approches sont nombreuses. A Washington nous avons un archiviste que nous avons passionné. Nous allons correspondre avec lui par e-mail.

Il y a toujours une part de mystère. Pourquoi manque-t-il cinq ans (1925 à 1930) dans les registres de correspondance des coast guards ? Pourquoi le Modoc, le coast guard le plus présent sur site, est assez prolifique concernant L'Oiseau Blanc les 8 et 9 mai jusqu'à 7h du matin et puis ensuite, plus rien ?

La vérité est certainement dans ces archives précieuses et uniques. Nous avons fait une belle prise, mais il y en aura certainement d'autres. Nous avancons vite.

La recherche de L'Oiseau Blanc a sérieusement avancé avec cette paire d'ailes blanches flottant dans la zone de recherches en 1927.

Merci la chance !

Rédigé par Julien Airault pour Bernard Decré

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Patrick 02/03/2014 17:18

C'est donc le FBI que vous aviez contactés ?
La CIA me semble beaucoup plus compliquée...et il n'est pas impossible, à mon avis, qu'ils possèdent des archives (notamment si une rivalité franco-américaine à l'époque, et les marchés
aéronautiques sont d'une rudesse terrible, existait vraiment comme l'ont supposé plusieurs sources)...
J'ignore (n'ayant pas parcouru tout votre blog) si vous avez contacté ce service ?
Bon courage pour vos recherches en tout cas !
Amicalement.

Monique Budel 28/07/2013 14:05

Passion, Persévérance... Deux mots qui vont bien très ensemble! Et quand la Collaboration opère, le Monde entier est gagnant! Mes respects.

Sebastien Goguet 06/10/2010 08:35


Le travail finit toujours par payer! Un indice de plus qui nous incite à continuer les recherches! Et bravo pour l'accès aux archives américaines.
Sebastien.


HBlanchet 05/10/2010 20:50


Bravo Bernard,
Ce sont de bonnes nouvelles.
On va continuer l'an prochain.
Amitiés Hervé


Thierry MARTINET 05/10/2010 14:39


Bravo Bernard! A force de ténacité, les choses semblent avancer !!!