Une équipe de marins et de scientifiques passionnés et de grande qualité:

Publié le 6 Juin 2014

-5

© L'Espagnol Jean-Christophe

 

Je suis très fier de mon équipe : Pierre Le Normand, Hervé Blanchet, Sébastien Goguet. Moins de 24heures après notre arrivée, dix heures de vol en deux étapes, l’équipe était sur l’eau et commençait à travailler dés le 25 mai.

Depuis c’est tous les jours, samedi et dimanche compris, qu'après un point fait tous ensemble tous les matins entre 7h45 et 8h15, l’équipe repart sur l eau.

 

Depuis quelques jours, on a un bon brouillard, à ne pas voir à cent mètres, il n'y a pas grand vent, mais à l’extérieur du port, une houle venant du sud secoue bord sur bord notre Zéphyr. Le travail continue sans pose pendant 9 heures, l’équipage a le cœur bien accroché et l’objectif est de protéger les ordinateurs qui ont tendance à suivre le roulis.... Le travail continue et les aller-retours de nos sonar et magnétomètre tractés nous donnent quelques indications sur des cibles à analyser plus tard par des plongeurs. Du vent et une mer plus forte doivent arriver en milieu de journée, je fais confiance à Pierre pour revenir sagement à temps...

 

Herve Blanchet et Sébastien Goguet expliquent leurs travaux:

 

Situation des recherches OB2014 au 05 juin.

 

Cartes représentant l’avancement des prospections au 05 juin 2014 pour les Survey Oiseau Blanc et Ravenel, ainsi que les zones prospectées les années antérieures depuis 2009.

 

Pour chacune des deux cartes :

-        En bleu et vert : les zones précédemment investiguées

-        En rouge : la campagne 2014 au 05 juin.

 

Les échelles sont différentes car les distances inter-profils sont de 15 mètres pour l’Oiseau Blanc et de 80 mètres pour le Ravenel.

 

En effet, les deux recherches sont très différentes : un chalutier et un moteur d’avion.

 

Pour le Ravenel :

La largeur d’un passage de sonar latéral permet une investigation (un couloir) de 200 mètres de large. Le chalutier sera visible sur des fonds plans ou peu rocheux, mais peu ou difficilement discernable sur des fonds escarpés et très accidentés, comme sur la partie Nord Est près de Lorries (Terre-Neuve), ou près de la Grande Basse.

Le magnétomètre est capable de détecter les 200 tonnes de fer du chalutier à 100 mètres, quelque soit la nature et la morphologie des fonds.

C’est ainsi que cette distance de 80 mètres a été choisie.

 

Capture d’écran 2014-06-06 à 21.01.28

 

Pour le moteur de l’Oiseau Blanc :

Sur les fonds plans ou rocheux, moult roches ou débris jonchant les fonds pourraient être pris pour le moteur par l’imagerie acquise par sonar latéral.

Le magnétomètre permet d’éliminer les cibles non ferreuses. Mais la distance de détection du magnétomètre est d’une vingtaine de mètres pour la masse de fer du moteur qui est de 150 kg.

C’est ainsi que la distance de 15 mètres a été choisie.

 

Les deux appareils sont donc complémentaires.

 

Les filets à saumons

Par ailleurs, sur la carte de l’Oiseau Blanc, nous pouvons observer un « trou de couverture » au Nord du plateau rocheux « Les Grappins ».

Il est dû à la présence de filets à saumons que les pécheurs de Saint-Pierre posent à cette époque de l ‘année. Ainsi donc nous ne pouvons accéder à ces endroits.

jeudi 5 juin 2014

Capture-d-ecran-2014-06-06-a-21.03.04.png

 

Tous les soirs à 19h, un débriefing ouvert à tous à l’Hotel Robert: il y a des fidèles comme Sybil Olano, Président de l’Association RAVENEL, Vladimir Laroque, Jean Christophe Lespagnol, Celine Alegre qui fait de délicieux gâteaux, accompagnée de sa fille Kirsty, et de notre amie Sarah, Marie Laure et Jean Louis Rabottin …. Souvent, nous y récoltons des indications fort utiles pour le déroulement de nos recherches....

 

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Repost 0
Commenter cet article

devillers 13/06/2014 12:52

merci de ces nouvelles et bon courage a l equipe
est il possible de contacter les pecheurs francais ou autre
qui ont remonte plusieurs fois un moteur equipe de son
helice a cette epoque car fatalement ils ont du le rejeter plus loin ! si ils avaient su !!!(en effet je doute qu ils aient stoppe leur chalutier, ajoute au temps
de sortir l ensemble surtout une helice cassee probalement
des filets les miles ont defile sous la coque peu etre meme
en direction d une autre zone de chalutage.d ailleur l ont ils rejete de suite,plutard ou ramene dans un port?
ces question me semble dignes d interet

Roger Etcheberry 08/06/2014 12:44

Bonjour !
Juste un mot pour vous dire qu'à Miquelon également, à l'époque, les pêcheurs et le reste de la population sans doute ont été touchés par cette aventure. Ainsi trois doris de l'île portaient les
noms de "Nungesser", "Coli", et "l'Oiseau Blanc". Deux d'entre eux portaient encore ces noms dans les années 50.

Limare-Bequet Serge 06/06/2014 22:58

Bonjour à toute l ' équipe, c 'est toujours avec un intérêt qui ne se dément jamais que je lis le compte rendu de vos passionnantes recherches. A voir les cartes, votre zone de recherche est assez
vaste, et la campagne de saumon ne vous facilite pas la tâche. Je ne sais pas si il faut y voir un signe, mais vous avez commencé votre nouvelle campagne le 25 mai, jour de mon anniversaire....
J ' attends avec impatience de vos nouvelles, je regrette de ne pas être du bon côté de l ' Atlantique pour assister au debriefing, je vous souhaite depuis Brest en Bretagne tous mes voeux de
réussite et bon courage..Merci cordialement Serge Limare-Bequet