Une troisième campagne s'achève, par Henri Lafitte

Publié le 28 Juin 2012

 

DECRE-4039.JPG14 jours de recherche déjà pour cette 3è campagne qui s'achève, sous la houlette de monsieur Bernard Decré en quête de l'Oiseau blanc, l'avion de Nungesser et Coli, disparu le 8 mai 1927 et du Ravenel, chalutier de la SPEC à saint-Pierre et Miquelon, disparu corps et biens le 28 janvier 1962.

 

Certes, l'objectif ultime n'aura pas encore été atteint, L’avion resteintrouvable. Mais sans doute est-il nécessaire, ô lecteur, pour saisir la complexité de la tâche, de déployer sa réflexion dans un espace maritime très étendu, malgré tous les efforts de recoupements, au fil des témoignages patiemment collationnés, pour circonscrire une zone d'exploration.

 

Travail patient, rigoureusement mené avec une équipe rodée pour ce genre de défi, avec des équipements qui auront fait leurs preuves : l'épave du Cupids, coulé il y a plusieurs années, aura, par exemple, été localisée avec une grande précision. Des vérifications s'avèrent désormais nécessaires suite à des repérages ouvrant la voie à une démarche qui ne souffre d'aucun à peu-près. La météo aura été de la partie pour l'essentiel de la mission 2012, un peu moins propice sur la fin. Mais les habitués de la réunion d'information de 19h00, à l'hôtel Robert, auront pu mesurer le chemin parcouru pour espérer une issue positive à cette quête de longue haleine. Monsieur Jean-Philippe Girault, du groupe SAFRAN Sagem - société de grande envergure dans la propulsion aéronautique et spatiale, les équipements aéronautiques, la défense et la sécurité, mécène de cette grande aventure -, avait pris une semaine de vacances pour s'imprégner, sur place, du travail accompli et des avancées porteuses d'espoir.

 

La presse écrite et audiovisuelle, en métropole, se sera fait l'écho de cette aventure enthousiasmante ; un excellent reportage aura trouvé sa place dans le journal de TF1 du 25 juin 2012, donnant ainsi un coup de projecteur inhabituel sur nos îles. Il suffit de glaner sur Internet pour tomber aussi sur des articles qui campent une aventure humaine extraordinaire à proximité de nos côtes ; Saint-Pierre et Miquelon retient ainsi l'attention, au centre d'une double interrogation qui exalte imaginaire et soif de vérité.

 

Ce 26 juin 2012 aura donc été le dernier jour de recherche pour 2012, trois points ayant été

retenus pour la recherche de l'Oiseau blanc, la Marine nationale apportant son concours en proposant sur des fonds de trente mètres la compétence des deux plongeurs du patrouilleur FULMAR commandé par monsieur Philippe Moullec. D'autres points étaient également prévus concernant le Ravenel.

40J1857

 

L'équipe de recherches va quitter l'Archipel vendredi en début d'après-midi, direction la métropole, via St Jean de Terre-Neuve. La qualité du travail effectué, la mobilisation des hommes qui disposaient d'un matériel adéquat, la chaleur de l'accueil, les échanges nourris, seront autant de jalons pour qu'un jour l'espoir de trouver les réponses attendues trouve son accomplissement.

 

Henri Lafitte, Chroniques insulaires – http://www.mathurin.com

26 juin 2012 

Rédigé par L'Oiseau Blanc

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ratel 29/06/2012 21:52

mes chers amis pourla recherche il faut de la persévérence, du courage, et une grande tenacité comme ces deux pilotes
disparus pour un grand idéal l'aviation, c'est cela le progrès!!!!!!